Date de publication : le • Modifié le 25 mai 2021 • Temps de lecture : 3 min.

Le diabète

Le diabète

Depuis 2000, le nombre de personnes diabétiques en France n’a cessé de croître. En 2013, on estimait à plus de 3 millions de personnes ayant un traitement médicamenteux pour un diabète
En 2016, le Centre Européen d’Étude du Diabète (CEED) comptabilise 5,1 millions de personnes concernées par le diabète en France, soit 8% de la population.

Le diabète de type 1 et diabète de type 2.

  • Le diabète de type 1 concerne essentiellement l’enfant et le jeune adulte : il est dû à la cessation complète de production d’insuline par le pancréas.
  • Le diabète de type 2 survient le plus fréquemment après la quarantaine : il est dû au développement progressif d’une résistance à l’action de l’insuline (l’insulinorésistance) au niveau des cellules de l’organisme, et secondairement à un déficit de sa sécrétion (l’insulinopénie). A la différence du diabète de type 1 qui survient brutalement, il s’installe très progressivement.
  • Les facteurs favorisants le diabète de type 2 sont surtout l’excès de poids et la sédentarité, ainsi que l’âge et les antécédents de diabète dans la famille.

Insulinorésistance et insulinopénie

L’hormone impliquée dans le diabète est l’insuline, produite par le pancréas, elle permet de faire baisser le taux de sucre dans le sang :

  • grâce à l’insuline, le sucre (glucose) pénètre dans le muscle où il est consommé,
  • en absence d’insuline, le sucre pénètre difficilement dans le muscle et s’accumule dans le sang. L’altération du mécanisme d’entrée du glucose dans les cellules est au cœur de la survenue du diabète de type 2.

Cette entrée nécessite l’activation d’un transporteur, lui-même activé par un récepteur de l’insuline. L’insuline intervient donc comme un agent qui autorise l’entrée du glucose : à travers un récepteur, elle dépêche un transporteur qui prend en charge le glucose.

Avec l’âge, les cellules peuvent progressivement développer une résistance à l’action de l’insuline. Trop fréquemment sollicitées, leurs capacités de réaction s’émoussent : l’insulinorésistance est en route. Le pancréas peut aussi être moins actif en vieillissant. Il continue à fabriquer de l’insuline mais en quantité ou qualité insuffisantes : l’insulinopénie est en route.

L’insulinorésistance et l’insulinopénie sont les deux causes majeures du diabète de type 2.

Les complications du diabète

Le diabète constitue un des principaux facteurs de risque cardiovasculaires avec le risque d’atteinte du myocarde et des principales artères : risque d’infarctus du myocarde, d’insuffisance cardiaque, d’AVC, d’artérite des membres inférieurs (risque d’amputation).

Le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires entretiennent des relations très étroites : les facteurs de risque sont en très grande partie communs : âge, surpoids, sédentarité, alimentation déséquilibrée.

Les autres complications importantes du diabète sont :

  • Les atteintes des microvaisseaux avec le risque d’atteinte des yeux (atteinte de la rétine et risque de cécité) et du rein (albuminurie et insuffisance rénale : 50% des dialysés ont un diabète).
  • Les atteintes des nerfs périphériques : neuropathie périphérique en particulier au niveau des pieds.

Que faire en cas de diabète ?

Les complications du diabète ne sont pas une fatalité : vous pouvez changer l’évolution de votre maladie si vous changez votre mode de vie.

L’activité physique et une alimentation adaptée sont les meilleurs outils pour la prévention et la lutte contre le diabète.

En savoir plus sur comment contrôler son diabète 

beenhere

Les sujets associés